CONSTAT : ce qui ne vas pas... et que nous allons changer !

Partagez cette page

1. Urbanisme... l'incohérence actuelle

Un bétonnage de la ville sans vision globale :

La pression foncière dopée par la loi Alur de 2014 (suppression du COS et des surfaces minimales de terrain constructible) et un PLU peu protecteur ont malheureusement contribué à accélérer les constructions à un rythme effréné par une consommation du foncier à la fois disproportionnée et désordonnée, mais aussi peu soucieuse des objectifs en matière de transition énergétique, d’esthétique architecturale, de mobilité et de social.

Des équipements sociaux insuffisants et une situation globale complexe et incohérente

Alors que la demande en logements sociaux s’accroît à Divonne (+70% de 2012 à 2015), l’offre reste largement en dessous du seuil minimum fixé à 25% par la loi SRU il y a 20 ans ! Actuellement le PLUIH impose un taux de 40% de logements sociaux, ce qui est extrêmement élevé et une contrainte très forte pour les promoteurs.
Et il faut savoir que dès qu’une commune va passer à 15000 habitants dans le Pays de Gex, ce taux passera à 45% : Divonne-les-Bains est déjà identifiée comme une future commune en rattrapage (comme Ornex et Thoiry actuellement) : c’est alors l’état qui interviendra pour gérer la construction de ces logements sociaux à la place de la commune.

Des projets trop lourds, trop gros, qui n’avancent pas et un état de dégradation grave qui s’accentue

Le lancement de projets démesurés ces dernières années par la municipalité en place (Quartier de la Gare, usine d’embouteillage, centre aqua-ludique et thermal), avec peu d’informations concrètes aux citoyens, et alors que les bâtiments et voiries publiques et équipements touristiques, de loisirs et sportifs continuent à se dégrader, ont contribué au lent déclin de Divonne-les-Bains au plan touristique et économique.
Ce déclin a été amplifié par une politique délibérée de sous-investissement notoire dans les bâtiments publics et voiries existants. Si bien qu’au lieu d’entretenir régulièrement, il va falloir refaire à neuf et à des coûts beaucoup plus élevés.

2. Environnement ... il faut protéger la beauté, la biodiversité et les paysages exceptionnels de notre ville

Nous relevons l’absence totale d’un vrai plan stratégique en matière de développement durable. Les mesures d’incitation à la réduction des consommations énergétiques sont faibles voire inexistantes, l’incitation à l’usage des transports publics avec la hausse massive des tarifs est catastrophique, les mesures en matière de gestion / collecte des déchets ainsi que leur tri sont inefficaces.

3. Santé... il faut agir d'urgence!

Notre région est un désert médical trois fois moins équipé que la moyenne en France. Nous souffrons d’un manque cruel de praticiens dans différents domaines (pédiatres, ORL, psychologues, gynécologues, autres spécialistes…).

Il faut innover et aider les praticiens à s’installer à Divonne-les-Bains. La Maison Médicale ne répond que partiellement à cette urgence et a été un fiasco financier dans la gestion de projet (retards, dépassement des coûts actés par le maire sortant).

Quasiment tous les médecins de Divonne-les-Bains et du Pays de Gex ne prennent pas (et ne peuvent pas prendre) de nouveaux patients. Et en cas d’urgence, l’hôpital le plus proche est St-Julien en Haute Savoie.

4. Social... un visage de notre ville oublié

                                               source : ville-data.com – 2019 - quelques données

Avec près de 25,4% des ménages, les retraités représentent la catégorie sociale la plus importante de Divonne-les-Bains. Mais la population se rajeunit.
Les chômeurs représentent environ 7%.
La classe défavorisée des 10% les plus pauvres de la population gagne moins de 10'590 € par an et par ménage…  (= 352 ménages sur 3'522 ménages).

Près d’un ménage sur cinq est en situation de vulnérabilité énergétique liée au logement (eau chaude sanitaire, chauffage). Les personnes âgées sont les plus exposées.

Il est donc essentiel de recréer et favoriser du lien social entre les générations pour consolider les principes républicains du respect, de l’équité, de la solidarité et de l’entraide.

5. Développement économique... un dynamisme en berne

Pendant près plus d’un siècle Divonne-les-Bains a accueilli une vie cosmopolite et fastueuse. Les touristes y venaient en cure comme en villégiature. Cette ville, belle par sa nature et riche par son dynamisme a accueilli par le passé d’illustres personnages comme le prince Jérôme Bonaparte, le vice-roi Saïd Pacha, Guy de Maupassant qui y aurait écrit « Le Horla ». Elle fut célèbre pour ses activités économiques à travers ses lapidaires, ses fonderies et ses papeteries dont l’une a fourni le parchemin sur lequel Voltaire a écrit l’original de « Candide ».

Dans ses années fastes, Divonna comme l’appelaient les Helvètes (fontaine divine), a accueilli jusqu’à 5'000 curistes contre moins de 930 seulement en 2018 (-13% par rapport à 2017). Son casino qui fut l’un des tous premiers établissements de jeux périclitent depuis ces 20 dernières années.

Le thermalisme représente 14% du marché mondial du tourisme. La région Auvergne-Rhône-Alpes est la 1ère région thermale de France en terme de fréquentation. Sachant que pour 100 curistes supplémentaires ce sont près de 10 emplois nouveaux qui sont créés alors que les perspectives prévoient une explosion de la demande thermale, on se demande pourquoi ce secteur est en déclin à Divonne-les-Bains. Le Plan Thermal 2016-2020 a permis le déblocage de fonds par la Région dont Divonne n’a pas vu la couleur. Ses installations sont anciennes et l’enveloppe du bâtiment se dégrade depuis des années (fuites d’eau en toiture, installations techniques régulièrement en panne, etc).

Notre ville souffre d’un déclin généralisé en terme d’attractivité et de dynamisme du point de vue touristique et économique alors qu’elle possède une eau de source rare, précieuse et unique.

La ville ne séduit plus les jeunes qui faute d’emploi, de logements abordables, s’en vont ailleurs contribuant à faire de Divonne-les-Bains une ville dortoir.

6. Sport - culture - loisir... un manque de moyens et d'espace(s) qui s'aggrave

De manière général, les associations souffrent d’un manque de moyens financiers, humains et logistiques.
Exiguïté ou manque d’espaces, locaux mal entretenus, mal adaptés, insalubres, règles de répartition des subventions opaques ou inéquitables sont autant de griefs évoqués par les milieux associatifs sans parler de la Maison des Associations longtemps promise mais jamais réalisée…

7. Sécurité... un sentiment d'insécurité grandissant

La réunion du 03.10.19 avec le lieutenant Haimery de la COB Gex a confirmé l'augmentation continue et significative des vols dans tout le Pays de Gex avec 88 effractions à Divonne-les-Bains en 2018 contre seulement 50 en 2017 et même 30 en 2016 ! Le nombre d'effractions a TRIPLÉ en l'espace de 3 ans ! Ce constat alarmant révèle une incapacité à prendre les mesures nécessaires pour assurer correctement la protection des biens et des personnes par la municipalité en place.

8. Mobilité... une offre toujours plus chère

La mise en service du Léman Express s’est effectivement accompagnée d’une offre accrue mais celle-ci profite d’abord et surtout aux Suisses et résidents situés dans le Genevois Haut-Savoyard où de vraies nouvelles infrastructures ferroviaires ont été créées.

D’autre part, des projets prévoient de futures liaisons en tram entre Genève et les villes frontalières de Ferney-Voltaire ou Saint-Julien. Aucune de ces nouvelles infrastructures majeures ne sont prévues du côté de Divonne-les-Bains.

Alors que Saint-Julien développe un projet similaire de « Quartier de la Gare » autour d’un véritable pôle multimodal incluant la prolongation du tram n°15 genevois, Divonne-les-Bains continue à développer son projet sans intégration de services de transport public nouveaux privilégiant ainsi le tout accès voiture…

Si certes de nouvelles lignes sont mises à disposition ou certaines fréquences augmentées aux heures de pointe, il convient de noter que les aménagements permettant seuls  d’assurer une fluidité de circulation des bus (ligne 818 notamment) n’ont pas été prévus. De sorte le bus se trouve pris dans les bouchons aux heures de pointe…

A noter également que les tarifs de transport ont pratiquement doublé sur certains trajets habituels n’encourageant pas les usagers à se reporter sur les transports publics… Les jeunes et les personnes à faibles revenus ne disposant pas de véhicule se retrouvent avec une offre en transport public largement plus chère qu’auparavant !!
A noter aussi qu’il n’existe pas pour ces mêmes personnes de service de bus ou taxibus nocturnes en soirée ou week-ends à l’instar de la Région de Nyon qui vient de mettre un service de ce type depuis le 15.12.19 mais dont Divonne est exclu ! Alors que d’autres s’équipent, augmentent leur offre en transport public, Divonne-les-Bains est resté sur le quai de la gare en supprimant le service de noctambus en 2017…

Nous travaillerons avec nos listes amies du Pays de Gex pour enfin faire bouger les choses !

9. Education... une saturation du système

Les équipements scolaires sont insuffisants pour faire face aux très nombreuses constructions autorisées par le maire sortant et son équipe municipale. Les classes actuelles sont surchargées et comptent entre 25 à 29 élèves par classes selon les cas. Aucun équipement supplémentaire n’est prévu alors qu’en moyenne 80 nouveaux ménages s’installent chaque année à Divonne-les-Bains et qu’un projet tel que le Quartier de la Gare prévoit la construction de 47'000 m2 dont 380 logements d’ici à 6 ans sans aucun équipement scolaire supplémentaire !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la mesure d'audience (données personnelles).
OK